l'Ordre de Saint-Georges

Anciens insignes de l’Ordre


Regard sur le symbolisme et les artefacts significatifs de l'Ordre

Les armoiries

Comme pour la plupart des ordres chevaleresques, les membres indiquaient leur adhésion en affichant l'emblème héraldique de l'ordre. Cependant, les membres de la Société fraternelle de Saint-Georges ne portaient pas le blason sur leur manteau (noir, au genou, avec capuche) mais plutôt une devise bien particulière « In veritate iustus sum huic fraternali societate ».
Les armes sont souvent associées à l'Ordre de Saint-Georges
Les armes sont souvent associées à l'Ordre de Saint-Georges
La croix héraldique, aussi appelée « Croix de Lorraine » apparait sur les armes de Hongrie et sur ceux de la Slovaquie. Elle consiste d'une barre verticale et de deux barres transversales plus petites, la barre du bas étant plus longue que celle du haut. Elle est aussi appelée « double croix ». Cette croix, accompagnée des lettres « IVISHFS », (voir à gauche) est souvent présentée comme le symbole de l'Ordre de Saint-Georges, plus particulièrement des ordres hongrois. On ne connait pas les motifs entourant l'adoption de ce symbole; toutefois, il se peut qu'il ait été conçu et adopté par l'Ordre hongrois lorsqu'il refit surface en 1989, après la fin du régime communisme. Nous savons toutefois que la Croix de Lorraine était associée au premier Roi de Hongrie, étienne Ier. On croit que la Croix de Lorraine avait été décernée à Saint-étienne 1er (premier roi de Hongrie 1000-1038) par le Pape Sylvestre pour avoir imposé le christianisme aux païens.

Les joyaux de la couronne hongroise (Magyar Koronázási Ékszerek)

click to view larger image of the same
La couronne de la Hongrie, avec sa croix penchée, le Sceptre, Globus cruciger et l'épée
Les joyaux de la couronne hongroise revêtent un certain mysticisme et font l'objet d'une adoration légendaire de la part des Hongrois. Leur origine et leur âge sont débattus avec passion. Toutefois, on s'entant généralement pour dire qu'il s'agit de la couronne du premier roi de Hongrie, Saint-étienne 1er (1000-1038). La collection d'artefacts comprend la couronne de Saint-étienne (Szent Korona), le Sceptre royal (A Magyar Királyi Jogar), le Globus Crucigar (Az Országalma) et l'épée. La sainte couronne joue un rôle unique dans l'histoire des règnes de la Hongrie : on maintient que le pouvoir ne relève pas du roi, mais de la couronne-même. Un nouveau roi ne peut pas devenir roi jusqu'à ce qu'il ait touché la sainte couronne, habituellement après le couronnement. L'histoire des joyaux est fort tumultueuse : ils ont été mis en gage, perdus, volés, saisis et récupérés; ils ont traversés plus de cours royales, villages, châteaux et citadelles que ceux de toute autre nation. Leur dernière « aventure » date de la période de la deuxième guerre mondiale.

à une époque de leur histoire, les joyaux étaient abrités à Visegrád, en Hongrie puis ont été déplacés vers le Palis de Buda à Budapest. Vers la fin de la deuxième guerre mondiale, soit en 1945, les joyaux de la couronne, qui comptaient toutes les pièces sauf l'épée, ont été volés du palais. Plus tard dans cette même année, l'armée américaine appréhenda un groupe de SS hongrois transportant les coffres liés avec des ceintures d'acier utilisés pour le transport de la couronne, du sceptre et de l'orbe. Les coffres étaient vides, mais après une longue interrogation, les accusés ont admis avoir caché les pièces dans un baril de pétrole qu'ils avaient enfoncé dans un marécage près du village de Mattsee en Bavière (Allemagne).

click to view larger image of the same
Les joyaux de la couronne hongroise exposé dans l'édifice du parlement hongrois
Les soldats de la septième armée américaine ont vite récupéré le baril et les joyaux de la couronne hongroise ont disparu jusqu'en octobre 1965 lorsque le Wichita Eagle publia un article selon lequel les joyaux de la couronne hongroise étaient en la possession du département d'état américain. Le gouvernement américain a avoué détenir les articles, mais a refusé de les rendre au régime communiste au pouvoir à l'époque. On a appris que les joyaux avaient été conservés dans la réserve d'or de Fort Knox de 1945 jusqu'à leur éventuel retour en Hongrie. En 1977, le Président Jimmy Carter a décidé de retourné les joyaux. Le secrétaire d'état, Cyrus Vance, les remis aux officiers communistes le 6 janvier 1978. Ils ont éventuellement été retournés au peuple hongrois après la tombée du régime communiste en 1989.

Les joyaux de la couronne sont maintenant exposés au public dans l'édifice du parlement hongrois, à Budapest.


Nota : Pour un traitement approfondi des anciens emblèmes de l'Ordre, avec citations, références et une collection complète d'images, cliquez sur « Regard sur les anciens emblèmes ».